Production oléicole à Jijel: Un rendement moyen de 22 litres par quintal

Catégorie : Articles de journaux Mis à jour : mardi 29 octobre 2019

Le rendement moyen au quintal de la trituration des olives s’est établi pour cette campagne à 22 litres, avec néanmoins des pics de 28 litres/quintal dans certaines régions de la wilaya de Jijel. C’est ce qui ressort d’un bilan provisoire arrêté à la fin du mois de janvier par les services agricoles.

Cette année, tout semble avoir réussi à la production oléicole : une bonne pluviométrie et une courte période de récolte du fait d’un climat doux durant l’automne et le début de l’hiver.

C’est ce qui fait d’ailleurs que les plus importantes huileries ont déjà commencé leur nettoyage, avant la fermeture jusqu’à la prochaine campagne. Le bilan provisoire avance une production d’olives de 308 929 quintaux.

Les quantités triturées ont donné une production d’huile de 58 378 hectolitres. La superficie couverte par les oliveraies dans la wilaya de Jijel est estimée à 14 818 hectares, alors que le nombre d’huileries en activité est de 136 unités, dont 60 modernes et 76 traditionnelles.

En dépit des campagnes d’information, les pratiques encore en usage dans nos campagnes influent négativement sur un réel essor de cette filière. Tout le monde justifie la différence entre les productions interannuelles par un phénomène naturel, alors que les spécialistes de l’agriculture soutiennent bien le contraire et prédisent même une bonne production, pourvu que certaines recommandations soient respectées durant la récolte.

La pratique la plus décriée par les techniciens de l’agriculture est celle du gaulage, qui cause généralement des dégâts sur les rameaux devant porter les fruits de la prochaine saison, et peut aussi occasionner des plaies sur l’écorce, ce qui favorise la pénétration de certains parasites.

Les oliviers souffrent surtout d’un manque d’entretien, surtout les tailles de formation, les apports en engrais après la récolte et le façonnage de cuvettes en zone montagneuse.

Les spécialistes soutiennent que le respect de ces consignes permettra d’en finir avec cette idée d’inter-annualité de la production, en dehors des conditions climatiques. L’autre problème, qui altère quelque peu la qualité de l’huile d’olive dans certaines huileries, a trait aux conditions de stockage avant trituration, source généralement d’une hausse du taux d’acidité. Outre la forte acidité, l’emballage des olives dans des sacs affecte aussi le rendement puisqu’une quantité d’huile se déverse à même le sol, avant l’entrée dans le triturateur.

C’est pourquoi, il est conseillé d’utiliser des caisses pour le transport des olives vers les huileries. La lutte contre la mouche des olives est aussi un facteur qui pourrait rehausser la production vu les ravages causés par cet insecte. Le traitement est préconisé à partir du mois de septembre, juste avant le début de la récolte. Sur un autre plan, il est recommandé de retourner la terre dès le mois de juin, pour l’aérer et découvrir ainsi les œufs des insectes et diminuer ainsi les colonies.

El Watan 03/02/2016 Par Fodil S.

Affichages : 335