Fraise a jijel

Catégorie : Agriculteur Mis à jour : vendredi 25 octobre 2019

Soixante dix sept (77) exposants seront présents à la fête de la fraise prévue jeudi prochain à Jijel, a-t-on appris lundi auprès du secrétaire général de la Chambre de l’Agriculture, Yacine Zedam.

Cette manifestation qu’abritera le musée Kotama, dans le centre de la ville de Jijel, regroupera également 13 pâtissiers professionnels et des stagiaires de deux centres de formation professionnelle (CFPA), en l’occurrence ceux de Taher et d’El Aouana, retenus pour participer à des concours portant sur le meilleur mets préparé à base de fraises, a indiqué le même responsable.

Ces CFPA ont décroché la médaille d’or aux dernières olympiades des métiers organisées annuellement par le ministère de la Formation et de l’enseignement professionnels, a-t-on précisé de même source.

Des commissions d’évaluation se sont rendues sur les sites consacrés à la culture de la fraise pour y apprécier la production sur la base de critères en relation, entre autres, avec le calibrage, le goût et la présentation de ce fruit.

Les concours qui ponctueront cette manifestation, qui en est à sa 8ème édition, porteront sur “le meilleur stand”, “la meilleure production”, “le meilleur pâtissier”, en plus d’une récompense pour l’équipe vainqueur du tournoi de football.

La culture de la fraise a connu une évolution remarquable au cours des dix dernières années dans la wilaya de Jijel, a rappelé M. Zedam, précisant que la superficie consacrée à cette culture est passée de quatre (4) hectares lors de la saison 2001-2002, à 159 hectares durant la campagne 2011-2012.

L’intérêt pour cette culture, a-t-il ajouté, s’est “accru au fil des ans”, gagnant aussi bien en superficie qu’en nombre d’exploitants, situés, pour l’essentiel, sur le littoral où prédominent des conditions édaphiques et climatiques favorables à la fraisiculture.

Les superficies “sous tunnels” sont privilégiées par rapport à la technique ordinaire sous serre, a-t-il encore précisé, rappelant que les communes d’El Ancer, d’El Kennar, de Kaous, de Chekfa, de Sidi-Abdelaziz et d’Ouled Adjoul sont celles qui répondent le mieux aux exigences de la culture sous tunnels

Affichages : 997